En novembre, nous avons publié un article reprenant les protocoles concernant le port du masque à l’accouchement pour les maternités wallonnes et bruxelloises. Ces protocoles nous avaient été communiqués par téléphone. Suite à cela, nous avons été surpris de réaliser qu’il y avait parfois un écart entre la théorie et la pratique…

Il semblerait aussi que cet article ait amené une remise en question au sein des équipes de soignants concernant leurs pratiques. Nous avons donc invité les maternités à nous communiquer leurs protocoles, de manière plus formelle. 

Les impacts de notre article :

– La maternité d’Epicura (Ath et Hornu) nous a communiqué leur protocole ainsi que leurs données CEPIP.

– Les maternité du CHR (site de Namur et Auvelais), du CHU UCL (site de Sainte Élisabeth et Dinant) et du CHIREC (Delta, Braine l’Alleud) nous ont envoyé leur protocole.

– D’autres maternités l’ont publié sur leur site CHU St Pierre.

– Certaines ont adapté leur protocole grâce à l’utilisation d’un test rapide.

– Cet article a suscité le débat, les femmes se préoccupent de la manière dont elles vont accoucher. Sur les réseaux sociaux, il a touché 20 000 personnes.

– Le monde politique s’est emparé de cette question, Sarah Schlitz a interrogé la Ministre De Block, Laurence Zanchetta et Séverine de Laveleye posé une question à la Chambre en commission santé.

Dans le monde entier, depuis des mois, les témoignages alarmants de milliers de femmes se sont multipliés. Les recherches d’alternatives et de solutions sont apparues comme des évidences pour retrouver les droits perdus depuis le début de cette crise sanitaire.

#stopauxaccouchementsmasquees démontre bien une chose : nous sommes, une fois de plus, face à une violence obstétricale. 

Rappelons les recommandations liées au port du masque :

  • De l’Organisation mondiale de la santé (OMS) :

Il ne faut PAS porter de masque quand on fait de l’exercice, car les masques peuvent réduire l’aisance respiratoire.

La transpiration peut entraîner une humidification plus rapide du masque, rendant la respiration plus difficile et favorisant la croissance des micro-organismes. (voir site de l’OMS)

  • Du Collège des Gynécologues et Obstétriciens américain (ACOG) destiné aux femmes porteuses du Covid

Quand vous êtes à l’hôpital ou en maison de naissance, vous devez porter un masque si vous avez le COVID-19. Mais lorsque vous poussez pendant le travail, le port d’un masque peut être difficile. Pour cette raison, votre équipe soignante doit porter des masques ou tout autre équipement respiratoire protecteur. Ils peuvent également prendre d’autres mesures pour réduire le risque de propagation du virus, y compris le port de lunettes ou d’un écran facial. (voir texte original ici)

  • Du Collège des Sages-Femmes au Royaume-Uni

Le Collège des Sages-Femmes britanniques est encore plus clair : « Les femmes en travail ne devraient pas être invitées à porter des masques ou toute forme de couverture du visage. » (voir recommandations complètes ici)

Des appels à l’aide

Beaucoup de femmes ont contacté la Plateforme pour avoir un appui, une aide, qui leur permettrai d’accoucher sans masque dans leur maternité qui malheureusement l’impose.
Voici donc quelques pistes de réflexions et d’actions afin de s’auto-défendre face au dictat du port du masque (ce qui peut être valable pour d’autres actes médicaux) :

  • Discuter avec l’équipe de soignants. Faire part de ses envies, ses peurs, ses angoisses. Vérifier si la théorie correspond à la réalité. 
  • Contacter le service de médiation de l’hôpital.
  • Demander à ce qu’un test rapide soit effectué (résultats en 1h) afin que le personnel s’équipe davantage en matériel de protection si les résultats sont positifs;
  • Amener des masques FFP2 au personnel, si nécessaire. 

Si ces alternatives ne fonctionnent pas:

  • Changer de maternité et en choisir une qui n’impose pas le masque (ou du moins, un minimum) 
  • Rester le plus possible seul avec l’accompagnant, afin de porter un minimum le masque (souvent demandé en présence des soignants).
  • Refuser tout simplement de le porter, vous sentir libre de l’enlever quand c’est nécessaire pour vous.

Rappel de la loi : 

Loi belge du 22 août 2002: entre autre “Droit au consentement libre et éclairé” 

Voici notre brochure :

http://www.naissancerespectee.be/wp-content/uploads/2018/05/informez-vous-sur-vos-droits.pdf

Lorsqu’un professionnel impose le masque à une femme en travail et/ou pendant la poussée, il viole la loi.