Entre le 4 juin et le 15 juillet, la Plateforme citoyenne pour une naissance respectée, mène une enquête sur les circonstances de la naissance avant et pendant la pandémie de COVID. Dans ce cadre, elle réalise une enquête en ligne sur le vécu des femmes et le déroulement de la grossesse et de l’accouchement. Elle appelle les femmes qui ont accouché après le 1er janvier 2019 jusqu’à maintenant à répondre au questionnaire en ligne qui sera diffusé et relayé sur plusieurs plateformes et site d’associations partenaires comme la Ligue des familles, l’UPSFB, La LUSS…. Cette action prend place dans le plan Droits des femmes de la Ministre Linard. C’est une initiative de l’asbl Plateforme citoyenne pour une naissance respectée avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

bit.ly/3ywo7M4

Le contexte de la naissance en Belgique :

Depuis sa création, la Plateforme citoyenne pour une naissance respectée œuvre pour une meilleure collecte des données et une transparence de celles-ci pour les usagères. Les femmes n’ont pas accès aux données médicales, les institutions n’ont pas accès au vécu des femmes. Aucune instance n’est mandatée pour réaliser ce travail. Les données médicales telles que le taux de césarienne, d’épisiotomie, de recours à la péridurale sont collectées pour la partie francophone du pays par le CEPIP depuis 2007. Or, ces données ne prennent pas en compte la question du consentement, le choix du lieu de naissance, le vécu des femmes etc. Suite à l’enquête nationale réalisée par l’INSERM et Santé publique France[1], on sait qu’en France les maladies cardiovasculaires et les suicides deviennent les deux premières causes de mortalité maternelle. Il est essentiel de se préoccuper du vécu des femmes qui accouchent.

L’impact du COVID sur les soins maternels et néonatals encore méconnu

La réorganisation des services hospitaliers pour faire face à la crise sanitaire du COVID, l’impossibilité de différer ou déplacer les accouchements, ou encore les restrictions de déplacement peuvent avoir des conséquences importantes sur la qualité et l’accès aux soins maternels et néonatals. La plateforme a reçu des témoignages de femmes ayant mal vécu le port du masque et l’interdiction d’être accompagnée.

En tant qu’association d’usagères des soins de santé, nous nous posons des questions sur ces pratiques, étaient-elles isolées, généralisées ? Quels ont été leurs effets ? Y a-t-il eu d’autres changements dans les protocoles ? D’autres répercussions ?  Des effets inattendus de l’épidémie COVID comme la diminution drastique de la prématurité[2], qui est plutôt une bonne nouvelle, méritent aussi d’être analysés.

L’OMS rappelle dans un communiqué[3] que toutes les femmes ont le droit à une expérience d’enfantement positive et sans danger, qu’elles aient été testées positives au virus ou non. Ses recommandations affirment pourtant que les femmes doivent avoir accès à la présence d’un accompagnant de leur choix durant l’accouchement ou encore à des protocoles de soins appropriés pour soulager la douleur.  

Un contexte propice aux changements

Depuis un an, le monde politique et institutionnel se préoccupe davantage du vécu des femmes lors de l’accouchement et des bons traitements qu’elles reçoivent. En septembre 2020, la lutte contre les violences gynécologiques et obstétricales a été reprise dans le plan intrafrancophone de lutte contre les violences faites aux femmes. Le 23 avril 2021, le Sénat a voté la réalisation d’un rapport d’information concernant le droit à l’autodétermination corporelle et la lutte contre les violences obstétricales. La Plateforme citoyenne pour une naissance respectée s’en réjouit. Elle compte profiter de ce momentum pour s’appuyer sur les conclusions de son enquête pour formuler des propositions concrètes visant à améliorer les circonstances de la naissance en Belgique dans un contexte COVID et hors COVID.

Un appel aux femmes au service des femmes

Afin de contribuer à l’amélioration de la qualité des services de maternité en Belgique, la Plateforme citoyenne pour une naissance respectée invite toutes les femmes ayant accouché depuis le 1er janvier 2019 à participer à cette étude. Cette participation consiste à répondre à un questionnaire en ligne sous forme anonyme qui sera diffusé et relayésur différentes plateformes et site d’associations partenaires. Les données ne seront communiquées et diffusées que sous une forme strictement anonyme, à travers l’utilisation de rapports, de statistiques et/ou de publications garantissant la protection des données et de l’identité. Les analyses permettront de faire des recommandations vers les professionnels de santé, les institutions et le monde politique.

La participation de chacune permet d’avoir un impact pour nous toutes.

Une attention particulière aux vécus douloureux

Conscient.e.s que ce questionnaire peut réveiller des vécus douloureux liés à la grossesse, l’accouchement et au post-partum, La Plateforme et le Service de santé mentale Le Chien Vert ont mis en place un partenariat. Ce partenariat offre la possibilité d’un accueil ponctuel, gratuit et anonyme, en groupe ou en individuel, pour celles (et leur partenaire de vie, conjoint.e ) qui en ressentiraient le besoin dans les suites de cette enquête. Entre le 4 juin et le 30 juillet 2021, les personnes concernées peuvent contacter le Chien Vert via le 0487/610 501. Le SSM Le Chien Vert bénéficie d’un agrément pour la clinique périnatale en santé mentale, lié à son engagement dans la prévention et le soin au bénéfice des devenant parents, des bébés et de leur famille (www.lechienvert.be). 

Vous avez accouché avant ou pendant la pandémie COVID et souhaitez participer au questionnaire en ligne

Disponible entre le 4 juin et le 15 juillet : bit.ly/3ywo7M4


[1] http://www.xn--epop-inserm-ebb.fr/grandes-enquetes/enquete-nationale-confidentielle-sur-les-morts-maternelles?fbclid=IwAR0o8WWcLxte9dkBb1SAVPlrvjgWlofO6an02_klxiXAjk6p0WJ_DxZktLI

[2] https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.06.03.20121442v1

[3] https://www.who.int/teams/sexual-and-reproductive-health-and-research/key-areas-of-work/sexual-reproductive-health-and-rights-in-health-emergencies/COVID-19